Bourse en ligne avec Accrobourse
2.14 bourse_728x90_décembre

Guide de la bourse

fleche Analyse technique
fleche Analyse fondamentale
fleche Banques en ligne
fleche Krach boursiers
fleche Forex
fleche Trackers
fleche OPCVM
fleche Indices boursiers
fleche Futures
fleche Warrants
fleche SRD
fleche Fiscalité
fleche CFD

La valeur de la semaine par François TINDILLERE

François TINDILLERE, titulaire d'un troisième cycle en gestion de patrimoine et spécialiste en valeurs boursières vous conseille chaque semaine une valeur à l'achat sur la base d'une analyse fondamentale. en savoir plus..

Guide du day trader

fleche Techniques de day trading
fleche Points pivots
fleche Vagues d’elliott
fleche Fiscalité du trader actif

Liste des courtiers

fleche Fortuneo
fleche Boursorama
fleche Binck
fleche Bourse Direct
fleche Cortal Consors

Bourse: le point sur les marchés par Gilles CAYE

Gilles CAYE, diplômé de l’ESSCA et de l’Université de Dublin, a été banquier pendant 11 ans au CIC.
Il est également écrivain et auteur de l’ouvrage «  j’apprends la bourse à ma  mère ».
Chaque semaine, il reviendra pour nous sur les évenements boursiers de la semaine écoulée et sur les perspectives de la semaine boursière à venir. en savoir plus..

Sites Comparagroup

fleche Comparavie
fleche Comparabourse
fleche Comparalivrets
fleche Comparabanques
fleche Comparaforex
fleche Comparaplacements

Courtiers en ligne

fleche Définition
fleche les courtiers en ligne
fleche Brochures bourse

Conseils boursiers

fleche Valeur de la semaine
fleche Analyse technique hebdo
fleche Palmarès boursiers

Placements

fleche Super livret
fleche Assurance vie
fleche PEA et compte titres

Bourse en direct

fleche CAC 40
fleche Dow Jones
fleche Actualités Boursières

27/09/2010 - Rebond à confirmer avec la BCE et l'ISM Index

La bourse de Paris a terminé une semaine chahutée en net rebond vendredi grâce à un indicateur américain assez favorable. Le CAC 40 regagne 1,62 % sur la semaine dans le sillage du Dow Jones qui s'octroie un gain hebdomadaire de 2,19 %.

La nouvelle orientation de la politique monétaire de la Fed et les tout premiers chiffres de l'activité économique au sein de la zone euro ont refroidi les marchés en milieu de semaine avant de se reprendre grâce au climat des affaires allemand meilleur qu'attendu et à une statistique américaine concernant les commandes de biens durables positive.

. Inflexion de la politique de la Fed – Lors de son communiqué publié à l'issue de la réunion de son comité de politique monétaire, la banque centrale américaine a maintenu sans surprise ses taux directeurs entre 0 et 0,25 %. Par contre, elle a clairement fait état pour la 1ère fois depuis le début de la crise de la faiblesse de l'inflation qui se situe « quelque peu » sous son objectif à long terme.

Elle rappelle également, fait assez rare, son mandat d'assurer le plein emploi et la stabilité des prix, indiquant qu'elle interviendrait « au besoin » dans le cas où cette faiblesse des prix devait se mettre en porte-à-faux avec sa mission.

La Fed fait ainsi référence indirectement au risque de déflation compte tenu de l'inflation sous-jacente (hors alimentation et énergie) qui reste depuis le printemps sur ses plus bas recors vieux de 44 ans à 0,9 %.

Les actions de la Fed en pareil cas consistent le plus souvent à acheter sur le marché des obligations à long terme via création monétaire pour faire baisser les taux longs (les taux à court terme étant déjà à zéro, la seule possibilité qui lui reste est donc de passer par ces mesures non-conventionnelles pour assouplir sa politique et tenter d'aider l'économie)

Les conséquences sont néanmoins surtout visibles pour l'instant sur l'euro-dollar qui est remonté en direction de 1,35 et sur le marché obligataire où les taux ont repris leur décrue.

. Net ralentissement en Europe – Côté européen, le chiffre provisoire de l'indice PMI composite de la zone euro qui mesure le niveau d'activité du secteur manufacturier et des services pointe en direction d'une croissance moins soutenue à 53,8 contre 56,2 en août. L'indice IFO du climat des affaires en Allemagne est cependant venue vendredi matin tempérer cet état de fait avec une hausse contre toute attente à 106,8 contre 106,2 anticipé et après 106,7 en août. Les anticipations du secteur privé sont par contre en baisse pour le 2éme mois d'affilée à 103,9 seulement.

. Les commandes de biens durables rassurent malgré un repli de 1,3 % sur un mois en août. En effet, hors transport (aviation), la progression s'établit à + 2 % contre 0,6 % attendu et après – 2,8 % en juillet. Sur les 6 derniers mois, la progression se situe toujours à haut niveau à 9,7 % (taux annualisé)

Les nouvelles commandes ont progressé de 4,1 %, hors aviation, contre – 5,3 % en juillet et bondissent de 23,6 % sur les 6 derniers mois. La plupart des composantes évoluent dorénavant en territoire positif.

La nouvelle a permis d'enclencher une hausse très rapide à partir de 3710, niveau que nous suivons de très près depuis des semaines, ceci permettant au CAC 40 de terminer sur un gain de 1,94 % sur la dernière séance.

En préservant l'important support entre 3672 et 3710 (pointillés en noir ci-dessous) le CAC40 conserve donc son biais haussier. En s'appuyant sur cette zone, les acheteurs arrivent enfin à matérialiser un rebond un peu plus profond que ceux tentés en vain depuis le 13 juillet dernier.


La voie n'en est cependant pas ouverte pour autant en direction de la prochaine résistance, c'est à dire 3870 points compte tenu de la résistance court terme entre 3785 et 3825 (pointillés gris) qui s'est formée suite au retournement à la baisse de mardi dernier.

En conséquence, la visibilité reste encore assez faible et l'analyse graphique n'offre pas pour l'heure d'objectif à moyen terme clair malgré le dépassement de 3710 et de la moyenne mobile à long terme (en noir) Les prises de positions à court terme sont donc toujours à privilégier dans un tel contexte.

→ Cette semaine, le marché sera tout particulièrement attentif à l'allocution de J-C Trichet, Président de la BCE dès ce lundi devant le parlement européen après l'inflexion récente des 2 autres grandes banques centrales de la planète, c'est à dire de la Fed comme évoqué plus haut et de la Banque du Japon la semaine passée avec l'intervention sur le marché des changes pour contenir la progression du yen.

L'autre grand rendez-vous (beaucoup plus classique puisqu'il revient chaque début de mois) est attendu vendredi à 16H00 avec la publication de l'indice d'activité manufacturière (ISM Index) aux USA pour le mois de septembre anticipé en baisse en moyenne à 54,5 contre 56,3 en août.

Gilles Caye

Site édité par Comparagroup.2010 Copyright.