Bourse en ligne avec Accrobourse
2.14 bourse_728x90_décembre

Guide de la bourse

fleche Analyse technique
fleche Analyse fondamentale
fleche Banques en ligne
fleche Krach boursiers
fleche Forex
fleche Trackers
fleche OPCVM
fleche Indices boursiers
fleche Futures
fleche Warrants
fleche SRD
fleche Fiscalité
fleche CFD

La valeur de la semaine par François TINDILLERE

François TINDILLERE, titulaire d'un troisième cycle en gestion de patrimoine et spécialiste en valeurs boursières vous conseille chaque semaine une valeur à l'achat sur la base d'une analyse fondamentale. en savoir plus..

Guide du day trader

fleche Techniques de day trading
fleche Points pivots
fleche Vagues d’elliott
fleche Fiscalité du trader actif

Liste des courtiers

fleche Fortuneo
fleche Boursorama
fleche Binck
fleche Bourse Direct
fleche Cortal Consors

Bourse: le point sur les marchés par Gilles CAYE

Gilles CAYE, diplômé de l’ESSCA et de l’Université de Dublin, a été banquier pendant 11 ans au CIC.
Il est également écrivain et auteur de l’ouvrage «  j’apprends la bourse à ma  mère ».
Chaque semaine, il reviendra pour nous sur les évenements boursiers de la semaine écoulée et sur les perspectives de la semaine boursière à venir. en savoir plus..

Sites Comparagroup

fleche Comparavie
fleche Comparabourse
fleche Comparalivrets
fleche Comparabanques
fleche Comparaforex
fleche Comparaplacements

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Courtiers en ligne

fleche Définition
fleche les courtiers en ligne
fleche Brochures bourse

Conseils boursiers

fleche Valeur de la semaine
fleche Analyse technique hebdo
fleche Palmarès boursiers

Placements

fleche Super livret
fleche Assurance vie
fleche PEA et compte titres

Bourse en direct

fleche CAC 40
fleche Dow Jones
fleche Actualités Boursières

24/05/2010 - Les marchés financiers au seuil de la panique

La bourse de Paris a perdu à nouveau du terrain la semaine passée. Le CAC 40 a connu un repli de 3,64 % à 3 470,74 points après un plus bas annuel à 3 341,76 points. Le climat reste extrêmement tendu et les dégagements prennent une tournure générale quel que soit le type d'actif financier un peu partout dans le monde. L'indice de la peur (VIX) présenté la semaine passée s'est envolé au-delà de sa résistance située aux alentours de 40 en direction de 48,20 pour revenir en clôture vendredi à 40,10 sous l'effet du rebond du Dow Jones. Le sentiment de marché reste donc précaire et à des niveaux capables d'insuffler des mouvements prononcés.
Si la semaine dernière était placée sous haute surveillance en Europe, celle à venir place maintenant sous haute surveillance la quasi totalité de la planète. Avec l'arrivée de très nombreux indices sur des supports importants, la stabilisation est nécessaire, faute de quoi les décrochages pourraient s'avérer assez violents.

. Où en est l'euro ? - L'euro a beaucoup souffert de la crise grecque et de la contagion aux autres pays du sud de l'Europe. Sur un plan très large, en remontant à 1978, c'est à dire, à quelques mois près, depuis l'instauration de l'ECU (European Currency Unit), l'euro-dollar reste cependant dans un trend de fond haussier au



sein d'un canal ascendant. Le courant vendeur s'est affirmé depuis la rupture du support ascendant en place depuis le début du siècle (oblique rose) mais la parité reste dans son cœur de tendance avec divers supports de très long terme qui ont permis d'initier un rebond technique sur 1,25 $. Sous les plus bas, l'objectif reste inchangé à 1,16/1,20 comme signalé dans le point de marché du 10 mai dernier, un seuil qui correspond ni plus ni moins au cours de lancement de l'euro le 1 janvier
1 999 (droite d'appui horizontale en rose et en pointillés)

. L'Allemagne en pointe – L'indice ZEW du sentiment des investisseurs institutionnels et analystes financiers allemands est ressorti en baisse à 45,8 contre 47 anticipé et après 53 en avril. L'indice IFO du climat des affaires Outre-Rhin a légèrement reculé à 101,5 après 101,6 en avril mais l'indice dénote toujours une progression du cycle économique comme le montre la courbe ci-dessous avec une arrivée sur le seuil de la zone de 'boom'. Le DAX30 à Francfort est le dernier des grands indices actions à évoluer encore au-dessus de sa moyenne mobile à 200 jours.


→ La semaine à venir verra la parution d'un plus grand nombre de données statistiques comme les ventes dans l'immobilier aux USA et la seconde estimation du PIB US au 1er trimestre attendue à 3,3 % après 3,2 % lors de l'estimation préliminaire. Mais l'essentiel reste guidé par le sentiment de marché comme évoqué en début d'article et la position de nombreux indices détaillée ci-dessous qui en cas de rupture conjointe pourrait créer des dégâts :

* en ce qui concerne le CAC40, l'analyse graphique de l'indice français présenté la semaine dernière reste pleinement d'actualité. Sous 3 550 points, les vendeurs gardent l'essentiel de l'avantage avec le risque d'assister à de nouveaux vifs décrochages sous 3 341- 3 322,21. A l'inverse, tout dégagement haussier au-delà des 3 550 points offre un objectif assez limité en direction de la moyenne mobile à 20 jours.

* Ailleurs en Europe, la situation la plus menaçante se situe à la bourse de Madrid où l'IBEX35 est revenu prendre appui sur son support vers 9 000 points, sans changement donc également par rapport à la semaine passée. Tout basculement du DAX sous sa moyenne mobile long terme est également à surveiller bien sûr.

* Aux USA, le Dow Jones, également très volatil, est revenu tester ses plus bas atteints lors du Krach éclair du 6 mai dernier qui reste à l'heure actuelle sans explication officielle malgré les diverses investigations et auditions tenues. A titre de rapide débriefing, les analyses de la seconde quinzaine de mars anticipaient un dépassement difficile de 10 800 points et un champ à la hausse qui serait rapidement limité ensuite par des résistances graphiques aux alentours de 11 000 points. Le Dow Jones aura marqué un point haut 11 204 en clôture.



Actuellement, sous le support aux environs de 9 800 points (rectangle rouge) les vendeurs auraient à l'inverse beaucoup de champ libre en direction de 9 000. En l'état, la tendance reste neutre tant que les cours évoluent dans leur corridor (droites bleues)

→ Dans cet environnement d'accroissement de l'aversion au risque, les opérateurs de marché qui utilisent les opérations de carry-trade notamment via le yen, devise dans laquelle ils empruntent des fonds à très bas taux pour les replacer ensuite sur différents supports d'investissement à travers la planète (cela va des actions aux matières premières), débouclent leurs positions pour réduire leur risque. Pour ce faire, ils doivent se rendre acheteurs de yens pour rembourser les emprunts contractés dans cette devise et deviennent simultanément vendeurs des placements faits en contrepartie qui sont libellés en dollar et en euro majoritairement.

La parité sur l'euro-yen a connu ainsi ces dernières semaines une chute rapide . Un plus bas de 9 ans a eu lieu le 21 mai à 109,45. Tout dérapage sous ce support (rectangle rouge sur la dernière courbe) aurait pour conséquence non seulement d'attiser les dégagements sur l'euro mais également d'initier des ventes sur un très grand nombre d'actifs financiers à travers la planète, ce qui mettrait en péril l'ensemble des supports repris ci-dessus.


Gilles Caye
Site édité par Comparagroup.2010 Copyright.