Bourse en ligne avec Accrobourse
2.14 bourse_728x90_décembre

Guide de la bourse

fleche Analyse technique
fleche Analyse fondamentale
fleche Banques en ligne
fleche Krach boursiers
fleche Forex
fleche Trackers
fleche OPCVM
fleche Indices boursiers
fleche Futures
fleche Warrants
fleche SRD
fleche Fiscalité
fleche CFD

La valeur de la semaine par François TINDILLERE

François TINDILLERE, titulaire d'un troisième cycle en gestion de patrimoine et spécialiste en valeurs boursières vous conseille chaque semaine une valeur à l'achat sur la base d'une analyse fondamentale. en savoir plus..

Guide du day trader

fleche Techniques de day trading
fleche Points pivots
fleche Vagues d’elliott
fleche Fiscalité du trader actif

Liste des courtiers

fleche Fortuneo
fleche Boursorama
fleche Binck
fleche Bourse Direct
fleche Cortal Consors

Bourse: le point sur les marchés par Gilles CAYE

Gilles CAYE, diplômé de l’ESSCA et de l’Université de Dublin, a été banquier pendant 11 ans au CIC.
Il est également écrivain et auteur de l’ouvrage «  j’apprends la bourse à ma  mère ».
Chaque semaine, il reviendra pour nous sur les évenements boursiers de la semaine écoulée et sur les perspectives de la semaine boursière à venir. en savoir plus..

Sites Comparagroup

fleche Comparavie
fleche Comparabourse
fleche Comparalivrets
fleche Comparabanques
fleche Comparaforex
fleche Comparaplacements

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Courtiers en ligne

fleche Définition
fleche les courtiers en ligne
fleche Brochures bourse

Conseils boursiers

fleche Valeur de la semaine
fleche Analyse technique hebdo
fleche Palmarès boursiers

Placements

fleche Super livret
fleche Assurance vie
fleche PEA et compte titres

Bourse en direct

fleche CAC 40
fleche Dow Jones
fleche Actualités Boursières

17/05/2010 - Les effets bénéfiques du plan européen restent à confirmer

En présentant un plan de stabilisation de 750 milliards d'euros, l'Union Européenne et le FMI ont réussi à endiguer la chute de la semaine précédente. Le CAC40 regagne près de 5 % sur la semaine dans un mouvement qui a été largement facilité par ailleurs par l'intervention de la BCE qui,  conjointement au plan, a annoncé se porter acquéreur des obligations gouvernementales des pays en proie à des hausses de taux d'intérêt comme la Grèce, l'Espagne, le Portugal, l'Italie ou encore l'Irlande.
Une nouvelle fois la semaine à venir reste sous haute surveillance en Europe.

. La détente des taux européens dans les pays du Sud – La BCE est intervenue dès lundi matin sur les marchés obligataires devenus presque totalement illiquides pour certains en Europe du Sud de manière à faire baisser les taux d'intérêt et fluidifier ces marchés mais aussi permettre aux banques, de se délester des obligations les moins sûres.
Des améliorations ont été constatées sur les 5 dernières séances mais le spread ou différentiel de taux entre les obligations grecques et allemandes à 10 ans reste encore près de 5 %, ce qui est loin encore de signaler une normalisation de la situation (zone située à partir et sous 3 %)

L'Espagne reste dans le collimateur – La situation la plus tendue se situe en Grèce mais la menace principale pour le reste de l'Europe reste centrée en Espagne, tant sur les taux espagnols qui sont revenus à peine sous 4 % contre 2,87 et 3,14 % pour l'Allemagne et la France que sur l'IBEX35, équivalent du CAC40 à la bourse de Madrid, qui a rechuté de 6,64 % vendredi à 9192 points non loin de ses plus bas du 7 mai à 8925.

La volatilité -


Dans un contexte où le risque de faillite de la Grèce est de dimension systémique via l'Euro et la contagion susceptible de s'enclencher à la suite vers d'autres pays européens, les nouvelles concernant les entreprises sont passées inaperçues comme les publications macro-éconnomiques. Plus de 9 sociétés sur 10 appartenant à l'indice S&P 500 ont ainsi divulgué leurs comptes. 77 % ont publié des résultats supérieurs aux attentes. Par ailleurs, les ventes au détail aux USA en avril sont ressorties en progression de 0,4 % contre 0,2 % et la production industrielle en hausse de 0,8 % en ligne avec les anticipations.

→ La volatilité selon l'indice VIX ci-dessus qui est un indicateur majeur du sentiment de marché, déjà présenté dans un point de marché précédent est entrée dans une nouvelle configuration. Après 18 mois de baisse, c'est un élément majeur à surveiller,  tout particulièrement au-delà de 40. Tant que le VIX n'a pas réintégré son canal baissier (rose), de nouvelles secousses importantes sont présentes, le marché étant devenu nettement plus réactif aux mauvaises nouvelles. Ceci prime sur les nouvelles émanant des sociétés ou les données statistiques.

L'euro sous pression – Après la rupture de son support historique ascendant en place depuis le début du siècle, la parité est retombée à 1,2350 contre le dollar. Sous ces niveaux, les cambistes auraient en ligne de mire 1,16/1,20 comme vu la semaine dernière.

Le CAC40 a réussi à combler et à invalider le gap entre 3349,96 et 3 332,21 points mais retombe sur cette zone importante aux alentours de 3 550. La configuration reste inchangée avec toujours un risque de nouvelles chutes desssous, sous le coup du déclenchement d'ordres stop sur les positions acheteuses ouvertes.

L'indice français présente un profil indécis entre ce seuil et la moyenne mobile à 200 jours (MM200 en noir) qui milite plutôt pour des positions à très court/court terme dans l'attente d'un signal plus clair. Seul le dépassement de la MM2000 et de la résistance (bleu) est susceptible de ré-alimenter un courant acheteur plus durable.


Pour l'euro et les indices européens, les opérateurs vont s'intéresser tout particulièrement cette semaine en plus des taux et de la situation de la bourse espagnole, au chiffre de :

  • l'indice ZEW de confiance des investisseurs allemands attendu mardi à 11 heures et anticipé en baisse de 7 points à 46.

  • L'indice IFO du climat des affaires Outre-Rhin sera quant à lui publié vendredi 21 mai à 10 heures.

 Côté américain, la semaine sera dominée par les permis de construire mardi et les indicateurs avancés attendus en progression de 0,2% jeudi.
Les principales inquiétudes portent néanmoins sur le secteur financier et bancaire (-3,18 % vendredi) qui est pris sous un flot de nouvelles normes votées par le Sénat, notamment sur la législation des cartes de crédit qui a fait chuter American Express de – 5,07 %, et des enquêtes en cours pour différents motifs qui portent sur un grand nombre de banques.

Gilles Caye

Site édité par Comparagroup.2010 Copyright.