Bourse en ligne avec Accrobourse

Guide de la bourse

fleche Analyse technique
fleche Analyse fondamentale
fleche Banques en ligne
fleche Krach boursiers
fleche Forex
fleche Trackers
fleche OPCVM
fleche Indices boursiers
fleche Futures
fleche Warrants
fleche SRD
fleche Fiscalité
fleche CFD

La valeur de la semaine par François TINDILLERE

François TINDILLERE, titulaire d'un troisième cycle en gestion de patrimoine et spécialiste en valeurs boursières vous conseille chaque semaine une valeur à l'achat sur la base d'une analyse fondamentale. en savoir plus..

Guide du day trader

fleche Techniques de day trading
fleche Points pivots
fleche Vagues d’elliott
fleche Fiscalité du trader actif

Liste des courtiers

fleche Fortuneo
fleche Boursorama
fleche Binck
fleche Bourse Direct
fleche Cortal Consors

Bourse: le point sur les marchés par Gilles CAYE

Gilles CAYE, diplômé de l’ESSCA et de l’Université de Dublin, a été banquier pendant 11 ans au CIC.
Il est également écrivain et auteur de l’ouvrage «  j’apprends la bourse à ma  mère ».
Chaque semaine, il reviendra pour nous sur les évenements boursiers de la semaine écoulée et sur les perspectives de la semaine boursière à venir. en savoir plus..

Sites Comparagroup

fleche Comparavie
fleche Comparabourse
fleche Comparalivrets
fleche Comparabanques
fleche Comparaforex
fleche Comparaplacements

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Courtiers en ligne

fleche Définition
fleche les courtiers en ligne
fleche Brochures bourse

Conseils boursiers

fleche Valeur de la semaine
fleche Analyse technique hebdo
fleche Palmarès boursiers

Placements

fleche Super livret
fleche Assurance vie
fleche PEA et compte titres

Bourse en direct

fleche CAC 40
fleche Dow Jones
fleche Actualités Boursières

07/12/2009 - CAC 40: le panorama incite à se mettre à l'affût

La semaine du 4 décembre se solde par un gain appréciable de 4,5 % pour le CAC 40 avec une clôture à 3 876,23 points. Son déroulement en 3 temps assez inattendus rajoute cependant à l'incertitude du moment :

  • Résilience : de lundi à mercredi, le marché a été avant tout accaparé par le trou d'air encaissé la semaine précédente suite à l'annonce du report de 6 mois d'un paiement de 3,5 milliards $ concernant la dette due par le bras immobilier de la ville-émirat de Dubaï.

Ce coup d'épée a marqué les opérateurs mais le début de semaine a permis de constater une assez forte faculté de récupération sur 3 680 points pour le CAC 40, zone qui signe le retour de la puissance haussière.

  • 1ère surprise : contre toute attente, le secteur des services aux USA a plutôt déçu puisque l'indicateur d'activité avancé le concernant (ISM) est repassé en zone de contraction à 48,7 pour le mois de novembre contre 50,6 en octobre alors que le consensus des analystes anticipait une accélération de la croissance à 51,5 (« 50 » constitue le point zéro ou le point de stabilité de l'activité du secteur. En dessous, cet indicateur réalisé via une enquête auprès d'un échantillon de directeurs d'achat du secteur tend à indiquer une contraction des affaires et, inversement une expansion au dessus de 50)

Déjà la veille l'indice d'activité du secteur manufacturier était ressorti sous les anticipations à 53,6 après 55,7 en octobre, ce qui dénote un ralentissement du rythme de croissance de ce dernier mais avec un impact assez limité sur la marche des indices actions fortement résilients comme noté dans le premier point.

  • 2nde surprise : avec 169 000 destructions d'emploi au cours du mois de novembre selon l'enquête ADP sur l'emploi privé, les opérateurs attendaient vendredi  une lente amélioration de la situation sur le front du chômage dans le droit fil de la tendance en cours depuis de nombreux mois avec un taux de chômage stable à 10,2 % comme en octobre.

Pour la 1er fois depuis avril 2009, le nombre de personnes employées a augmenté (+ 200 000) permettant au taux de chômage de revenir à 10 % contre toute attente, les destructions d'emploi se réduisant très fortement à 11 000 seulement le mois dernier contre plus de 100 000  en octobre.

Parallèlement, les 409 000 destructions de postes enregistrées en cumulé en octobre et septembre selon les 1ères estimations ont été revues fortement à la baisse à 250 000, tout ceci insufflant au marché une très vive impulsion haussière de plus de 60 points, soit 1,5% environ en quelques minutes après la parution de ce chiffre officiel par le département du travail américain.

Capacité à résister à la dégradation de la solvabilité de Dubaï ainsi qu'à des indicateurs d'activité qui connaissent une inflexion, surprise favorable sur le front de l'emploi, voilà qui donne des perspectives plus favorables a priori.

→ Toutefois, graphiquement parlant, la configuration reste très incertaine avec des forces en présence entre haussiers et baissiers en totale neutralisation ballotées entre un support (rose) où les premiers reprennent la main et une résistance majeure (bleue) sous 3 900 où les seconds sont à l'affût  s'ajoutant aux premiers qui continuent à y prendre leurs profits comme cela a pu être observé en fin de séance vendredi à Wall Street.
La bourse américaine fermait vendredi avec un gain limité à 0,22 % sur le Dow Jones, loin de la satisfaction que la baisse du chômage pouvait laisser supposer d'un point de vue strictement économique.

Le panorama est donc plutôt celui d'une 12ème semaine dans une zone de congestion dont l'issue est très incertaine et dont seuls le franchissement du support ou de la résistance permettra d'inverser plus durablement la polarité entre acheteurs et vendeurs.

Opérations à très court terme dans cette zone sont donc de mises dans l'attente d'un signal clair dans les toutes prochaines semaines dont la portée n'est pas négligeable en raison de la présence de la moyenne mobile à long terme à 100 semaines (noir)  qui fait également barrage et celle à 20 semaines (gris clair) parallèle au support.

Sous ce seuil, la probabilité  d'un retour à terme sur la moyenne mobile à 50 semaines (gris foncé) s'accroîtrait fortement sous 3610 points.

Le gain depuis les plus bas de mars s'élève à 56 % mais ne constitue, entre les plus hauts records de 2007 au-delà de 6 000 points et le plus bas de mars à 2 465, qu'un retracement de 38,2 %, soit le  2nd niveau de retracement des seuils de Fibonacci (droite d'appui horizontale en gris) Dans l'hypothèse d'une cassure à la hausse de la résistance, la perspective du 3ème palier vers 4 300 points soit un retracement de 50 % de toute la baisse liée à la crise financière serait en ligne de mire.

  • Quels sont les éléments sur lesquels le marché pourrait prendre appui pour dénouer cette situation dès cette semaine ?

Jeudi, le déficit commercial (+ budgétaire) américain est à suivre mais on surveillera surtout les ventes au détail qui paraîtront vendredi à 14h30 attendues en hausse de 0,7 % pour novembre après + 1,4 % en octobre ainsi que le sentiment du consommateur (à 15H55) pour ce mois décembre attendu à 68,5 après 67,4, sur lequel cette toute récente baisse du chômage pourrait avoir un petit impact positif.

Gilles CAYE

Site édité par Comparagroup.2010 Copyright.