Bourse en ligne avec Accrobourse
2.14 bourse_728x90_décembre

Guide de la bourse

fleche Analyse technique
fleche Analyse fondamentale
fleche Banques en ligne
fleche Krach boursiers
fleche Forex
fleche Trackers
fleche OPCVM
fleche Indices boursiers
fleche Futures
fleche Warrants
fleche SRD
fleche Fiscalité
fleche CFD

La valeur de la semaine par François TINDILLERE

François TINDILLERE, titulaire d'un troisième cycle en gestion de patrimoine et spécialiste en valeurs boursières vous conseille chaque semaine une valeur à l'achat sur la base d'une analyse fondamentale. en savoir plus..

Guide du day trader

fleche Techniques de day trading
fleche Points pivots
fleche Vagues d’elliott
fleche Fiscalité du trader actif

Liste des courtiers

fleche Fortuneo
fleche Boursorama
fleche Binck
fleche Bourse Direct
fleche Cortal Consors

Bourse: le point sur les marchés par Gilles CAYE

Gilles CAYE, diplômé de l’ESSCA et de l’Université de Dublin, a été banquier pendant 11 ans au CIC.
Il est également écrivain et auteur de l’ouvrage «  j’apprends la bourse à ma  mère ».
Chaque semaine, il reviendra pour nous sur les évenements boursiers de la semaine écoulée et sur les perspectives de la semaine boursière à venir. en savoir plus..

Sites Comparagroup

fleche Comparavie
fleche Comparabourse
fleche Comparalivrets
fleche Comparabanques
fleche Comparaforex
fleche Comparaplacements

Courtiers en ligne

fleche Définition
fleche les courtiers en ligne
fleche Brochures bourse

Conseils boursiers

fleche Valeur de la semaine
fleche Analyse technique hebdo
fleche Palmarès boursiers

Placements

fleche Super livret
fleche Assurance vie
fleche PEA et compte titres

Bourse en direct

fleche CAC 40
fleche Dow Jones
fleche Actualités Boursières

04/10/2010 - Vigueur de l'euro et affaiblissement des indices actions

L'euro vient de repasser à la hausse 1,38 $ au plus haut depuis le mois de mars dernier.

L'intervention de la Banque du Japon pour contenir l'appréciation du yen il y a 3 semaines suivie par la promesse il y a 15 jours de la Fed de faire le nécessaire pour pallier à toute faiblesse de l'inflation selon son propre diagnostic ont engendré 2 semaines de hausse marquée de la paire euro-dollar.

L'allocution la semaine dernière du Président de la BCE, Jean-Claude Trichet, devant la Commission des Affaires Économiques et Monétaires du Parlement Européen était dans ce contexte très attendue par les cambistes pour juger de la réaction éventuelle de la banque centrale européenne à ce début de « guerre des changes ».

La tonalité du discours a été centrée principalement sur la nécessité de réaliser des efforts budgétaires et de trouver les solutions pour mettre en place des contrôles supplémentaire afin d'éviter les dérapages des finances publiques dans la zone. Autrement dit, aucune inflexion ou assouplissement de la politique monétaire n'est à attendre d'ici jeudi prochain à l'issue du Comité de politique de la BCE qui devrait maintenir son taux directeur inchangé à 1%.

En n'assouplissant pas l'orientation de sa politique monétaire contrairement à celle de la Fed

le marché n'a donc pas reçu jusqu'ici de message de baisse des taux à long terme de la part de la BCE comme dans le cas de la Fed. Le différentiel de taux d'intérêt s'est donc accru en faveur de l'euro, rendant la devise européenne plus rémunératrice et donc plus attractive portant sa valeur à la hausse face à la devise américaine.

La vulnérabilité de l'euro à la crise des finances publiques est toujours présente à l'arrière-plan mais atténuée de ce fait d'autant que la Chine qui se diversifie hors du dollar vient de réaffirmer qu'elle soutiendrait la Grèce en 2011 lors de ses émissions obligataires sur le marché.

Sur le plan graphique, l'euro revient au contact de son ancien support oblique majeur de très long terme devenu résistance. En cas de rupture haussière, l'objectif se situe à 1,45 $ mais la configuration pour l'heure milite pour une consolidation. A suivre jeudi à 14H30 en fonction de la tonalité de la conférence de presse de la BCE, l'euro revenant sur des niveaux qui commencent à pénaliser le secteur exportateur européen.

→ Concernant l'évolution du cycle de la croissance économique, les indicateurs avancés américains et mondiaux tout en restant en zone de croissance avec donc des chiffres supérieurs à 50 désignent un nouvel accès de faiblesse.

L'ISM Index aux USA est ainsi ressorti légèrement sous les attentes à 54,4 contre 56,3 en août. Au niveau mondial (courbe ci-dessous), l'indice perd 1,2 point à 52,5 à son plus bas de 14 mois.

 

La composante des nouvelles commandes est encore plus faible que ce soit aux USA ou globalement avec des chiffres publiés à 51,1 et 51,4 respectivement soit un niveau de croissance très molle.

Le CAC 40 cède 2,39 % sur la semaine à 3692,09 points à la suite d'une sortie baissière d'une figure chartiste en diamant typique des retournements de tendance.

Néanmoins, la configuration s'insère toujours entre une zone de résistance (3785-3825) et de support (3672-3710) qui a permis le retour des acheteurs contenant encore le repli vendredi à la suite de la publication de l'ISM Index vendredi après-midi.

A très court terme, un risque de décrochage est dorénavant présent sous le support vers 3672 et la moyenne mobile à 50 jours (gris foncé) en cas de sortie baissière (rectangle rose)

Pour retrouver un biais haussier, les acheteurs devront en revanche clore au-dessus de la moyenne mobile à 200 jours et de la zone encadrée en bleue, zone où les cours ont réalisé un gap baissier en sortie de la figure en diamant jeudi à l'ouverture.

En conclusion, les prises de positions à court voire très court terme sont encore à recommander comme antérieurement en l'absence de signal clair délivré par l'analyse graphique ce, avec un biais baissier qui est apparu en fin de semaine.

L'attention se portera cette semaine sur :

  • les commandes à l'industrie US lundi à 16H00

  • l'indice d'activité du secteur des services à la même heure le lendemain

  • et surtout sur les chiffres de l'emploi US publiés vendredi prochain à 14H30. 70 000 créations d'emplois sont anticipées en moyenne pour le mois de septembre concernant le seul secteur privé soit une stabilité après les 67 000 enregistrés en août. En intégrant les emplois publics, le marché attend un chiffre à zéro contre 54 000 destructions de postes le mois précédent.

Gilles Caye

Site édité par Comparagroup.2010 Copyright.